Ci-dessous la traduction d’un nouveau message du Bureau international de la FPMT à propos de Dagri Rinpoché, posté le 24 mai 2019 en anglais sur le site de la FPMT.

Le Bureau international de la FPMT a reçu un courrier considérable concernant l’inconduite présumée de Dagri Rinpoché et la décision de suspendre Dagri Rinpoché de la Liste des enseignants tibétains de la FPMT (voir la chronologie ci-dessous pour plus de détails).

Le Bureau international reconnaît la véritable souffrance des femmes qui ont émis les allégations d’inconduite à l’encontre de Dagri Rinpoché, et comprend la difficulté de s’exprimer publiquement à ce sujet. Nous apprécions leur courage de s’être exprimées ainsi.

Nous souhaitons exprimer notre reconnaissance à Dagri Rinpoché pour avoir enseigné au sein de l’organisation de la FPMT depuis plus de quinze ans. Nous n’avons reçu aucune plainte à l’égard de son comportement ces huit dernières années.  

Le Bureau international maintient son engagement à aider les centres, projets et services de la FPMT à créer à l’échelle locale un environnement propice et respectueux pour les étudiants qui viennent étudier et pratiquer, et pour les enseignants qui y enseignent.  Nous continuons à insister sur l’application de la Charte éthique pour garantir ces conditions favorables.

La Charte éthique de la FPMT est en libre accès sur le site web de la FPMT depuis sa première publication en 2000 [la version française est elle aussi en ligne, cliquez sur le lien]. Les allégations d’inconduite sont reçues avec un esprit ouvert et attentionné. Face à une plainte de tout ordre, l’organisation de la FPMT applique les directives énoncées dans la section Résolution de problèmes au sein de l’organisation. Nous comprenons l’importance de soutenir et de protéger les enseignants et les étudiants lorsqu’une enquête est en cours à la suite d’une allégation.

Depuis 2011 (voir la chronologie ci-dessous), le Bureau international, avec l’aide de professionnels et de parties prenantes, a créé et mis à jour les directives visant à faciliter les interactions entre enseignants, étudiants et membres du personnel, en complément à la Charte éthique de la FPMT. Les clauses de la Charte éthique elle-même ont également été mises à jour plusieurs fois afin d’intégrer les meilleures pratiques et d’insister sur l’importance de bien les connaître.  

Par ailleurs, la Charte éthique de la FPMT et les directives en matière de résolution de problèmes sont régulièrement examinées et discutées lors des réunions régionales et nationales de la FPMT, et des réunions de la Sangha ordonnée de la FPMT. L’objectif est que chacun garde à l’esprit l’importance de respecter la Charte éthique de la FPMT, à tous les niveaux de responsabilité de l’organisation de la FPMT.  

Il y a eu de nombreux malentendus concernant les actions de la FPMT à la suite des allégations de Jakaira Perez Valdivia. Afin de les clarifier et de prévenir tout autre malentendu, voici la chronologie des faits :   

2011

  • Le Bureau international est alerté par le Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama d’une allégation d’agression sexuelle émise par une moniale occidentale (Jakaira Perez Valdivia) à l’encontre de Dagri Rinpoché. L’agression présumé ne s’est pas produite dans un centre de la FPMT et c’est par le biais de la communication du Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama que nous avons entendu parler des faits pour la première fois. Par conséquent, le Bureau international de la FPMT a estimé que le Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama était l’entité appropriée pour enquêter sur l’allégation.  
  • Le Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama nous a informés qu’ils avaient enquêté sur l’allégation et qu’elle était résolue. Ils nous ont indiqué que Dagri Rinpoché comprenait la gravité des allégations et s’engageait à éviter à l’avenir toute situation susceptible d’entraîner des allégations similaires.
  • En se fondant sur les conclusions de l’enquête du Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama, le Bureau international a décidé de maintenir Dagri Rinpoché sur la liste des enseignants tibétains de la FPMT. Nous avons parlé directement avec Dagri Rinpoché pour nous assurer qu’il avait compris la gravité de cette allégation.   
  • Nous avons alerté les coordinateurs régionaux et nationaux de la FPMT, qui organisent les tournées d’enseignement, de l’allégation d’inconduite et des conclusions de l’enquête du Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Nous avons demandé aux coordinateurs de relayer ces informations aux centres qui avaient invité ou prévoyaient d’inviter Dagri Rinpoché.

2012

  • Jakaira Perez Valdivia a envoyé un email au Bureau international, nous demandant que Dagri Rinpoché lui présente des excuses car elle avait entendu dire que Dagri Rinpoché la calomniait dans les centres FPMT. Nous avons investigué sur la question et lui avons répondu que nous n’avions trouvé aucune preuve attestant que Dagri Rinpoché avait émis des propos négatifs à son encontre et qu’il considérait l’affaire close depuis la rencontre avec le Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

2013

  • Le Bureau international a été alerté à propos d’une autre étudiante disant qu’elle avait subi des attouchements inappropriés de la part de Dagri Rinpoché en 2010. Nous avons contacté l’étudiante directement pour en savoir plus. L’étudiante – qui souhaitait, et souhaite encore, rester anonyme – a décidé de ne faire aucune allégation publique et ne pas pousser l’affaire plus loin sur la base des conclusions de l’enquête menée en 2011 par le Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

2018

  • Le Bureau international a rappelé aux coordinateurs régionaux et nationaux de la FPMT les conclusions de l’enquête du Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama concernant Dagri Rinpoché en 2011, dans le cadre de notre procédure de protection.

2019

  • Jusqu’à début mai 2019, le Bureau international n’a reçu aucune autre plainte concernant le comportement de Dagri Rinpoché, ni entendu parler d’allégations publiques d’inconduite de Dagri Rinpoché.
  • Le 3 mai, une Américaine a déposé plainte en Inde, en disant que Dagri Rinpoché l’avait harcelée sexuellement pendant un vol entre Delhi et Gaggal. La police indienne a ouvert une enquête. Nous avons vérifié cela directement auprès du bureau de police impliqué.   
  • En réaction à l’allégation du 3 mai, le Bureau international a suspendu Dagri Rinpoché de la Liste des enseignants tibétains de la FPMT.
  • Le 14 mai, le Bureau international a publié la déclaration publique  « Mise à jour concernant Dagri Rinpoché. » [ce lien vers vers la version anglais, la traduction française est postée sur le blog].
  • Le 14 mai, le Bureau international a publié « Conseils de Lama Zopa Rinpoché aux étudiants de Dagri Rinpoché. » (cette lettre contient des conseils spécifiquement destinés aux étudiants de Dagri Rinpoché, afin de les aider, [ce lien vers vers la version anglais, la traduction française est postée sur le blog]).
  • Le 24 mai, le Bureau international a créé la page « Mises à jour concernant Dagri Rinpoché » sur laquelle des nouvelles et des liens sur cette questions seront partagées [les traduction française de ces articles seront publiés sur ce blog].  
  • Le 24 mai, le Bureau international a publié « Conseils complémentaires de Lama Zopa Rinpoché aux étudiants de Dagri Rinpoché. » (Il s’agit d’une seconde lettre contenant des conseils spécifiquement destinés aux étudiants de Dagri Rinpoché) [cette lettre est en cours de traduction en français et sera publiée sur ce blog dès que possible].

Prochaines étapes

Dans l’attente des résultats de l’enquête de la police indienne, nous poursuivons une correspondance avec Jakaira Perez Valdivia.  Nous consultons des professionnels et nous nous engageons à continuer à améliorer nos règlements et procédures en vigueur.

Dagri Rinpoché : Nouveau message du Bureau international de la FPMT (24.05.2019)
Étiqueté avec :        

Merci de nous laisser un petit commentaire !

%d blogueurs aiment cette page :